Cours de Qgis

Les bases de données téléchargeables

Beaucoup de bases de données sont téléchargeables et accessibles gratuitement. On les trouve sur le site de l’opendata du gouvernement, celui de l’opendata de la région, du département, voire de la commune ; le site de l’IGN, d’autres sites européens, le site DIVA GIS pour les pays, le site Openstreetmap par l’intermédiaire de son Overpass Api (utilisation avancée).

On peut déjà télecharger des limites basiques des pays, des régions, des départements, des communautés de communes EPCI, des communes et des quartiers IRIS, puis on fait des jointures spatiales dans QGIS avec des tableaux de l’INSEE qui ont des informations socio-économiques qui nous intéressent, pour ensuite mettre en couleur ces données afin de réaliser des cartes statistiques.

Afficher certaines données suivant l’échelle

Il est possible de choisir dans QGIS d’afficher ou de cacher certaines données selon l’échelle pour ne pas surcharger la carte. C’est au choix de chaque personne. Les échelles, indicatives, qui peuvent être retenues sont :

1/4.000.000 : échelle du pays ou du continent

1/1.000.000 : échelle de la grande région

1/500.000 : échelle régionale

1/100.000 ou 1/200.000 : échelle départementale

1/50.000 : échelle de l’agglomération ou de l’intercommunalité

1/10.000 : échelle de la ville

1/3000 : échelle du quartier

Gérer les points trop nombreux

Pour repérer plus facilement une multitude de points, on peut, à partir de l’onglet « Symbologie » :

– réduire la taille du symbole pour afficher les points sans qu’ils se chevauchent. On agit soit à la base du symbole, soit sur la ligne en dessous, la taille s’affiche en millimètres

– grouper les points en indiquant le nombre de points regroupés (clusters)

– créer une carte de chaleur qui indiquera les zones de plus grande présence de points.

Faire une carte de densité des points sans données dans la table attributaire

S’il n’y a pas de colonne par département pour une étude du nombre d’objets recherchés par département, alors on peut compter soi meme les points afin de créer une nouvelle colonne avec ces valeurs dans notre couche de départements.

Dans les propriétés de la couche, on peut créer une nouvelle colonne de type nombre entier par exemple, ensuite enregistrer la couche, puis en modifier les données dans la table attributaire.

Pour compter le nombre d’établissements dans un département à partir de la table d’attributs, il faut

– classer tous les établissements par code postal

-selectionner le premier de la liste à partir du numéro de la ligne

– maintenir la touche majuscule seule, appuyée (fleche vers le haut)

– cliquer sur le dernier de la liste

– le nombre s’affiche dans « selectionnés »

On peut aussi maintenir la touche CTRL enfoncée pour selectionner ces lignes une par une.

Il faut ensuite créer une colonne dans notre fichier des départements, de type nombre entier, et inserer ces chiffres manuellement. Puis, on peut aller dans la symbologie des départements et utiliser la fonctionnalité « graduée ».

La fonction n’étant pas prévue pour les nombres entiers, cLes bases de données téléchargeableshercher l’option « créer de jolies ruptures ».

Choix de symboles : toutes les possibilités

Dans l’onglet Symbologie, une liste déroulante permet d’avoir accès à une centaine de « symboles SVG » qui sont des icones, directement installés dans QGIS. On peut agrandir leur taille vers 20 pixels, pour qu’ils soient plus visibles.

Il est aussi possible de rechercher des symboles dans la bibliothèque en ligne de Wikimedia commons, et d’inserer ces symboles téléchargés en SVG a partir du dialogue comprenant trois petits points.

Afficher un fond de carte pour mieux montrer ses données

Le site « Leaflet Providers » propose une très importante liste de fond de cartes qui permettent de montrer les symboles de ses données avec des fonds de cartes au choix. on copie l’adresse qui s’affiche par exemple

https://{s}.tile.opentopomap.org/{z}/{x}/{y}.png

et on l’insère dans QGIS, à gauche dans l’Explorateur (a activer si besoin) en tant que nouvelle donnée XYZ.

Utilité de faire des cartes statistiques avec indicateurs discriminants et choix de l’échelle

Il apparaît que les statistiques par département ne reflètent pas complètement les disparités qu’il peut exister au sein d’un même département. Il existe cependant pas mal de données pour le département. La communauté de communes (EPCI) est une échelle plus intéressante mais il existe peu de données disponibles sur l’INSEE par exemple pour faire une jointure. L’échelle suivante est la commune. Elle parait intéressante. Beaucoup de données existent sur l’INSEE pour faire une jointure avec le code INSEE unique. On peut ensuite faire apparaître les limites de département, et décrire textuellement des tendances observables. L’autre échelle possible est celle des IRIS, ce sont des quartiers statistiques de plus petite taille, mais elle est un peu moins pertinente pour une étude par département. Cependant, en Île de France, et dans d’autres régions du reste, de grandes disparités socio-économiques peuvent exister entre quartiers.

Avec des données par aire, faire des cartes avec des points par différente taille

Utiliser la fonction « centroïde » (en bas à gauche, faire « rechercher ») pour créer des cent-roides à partir des aires, et de cette manière, dans symbologie, changer la taille d’un cercle en fonction de la donnée.

Il peut être nécessaire de refactoriser la donnée. C’est à dire que si la donnée est considérée « texte » (String) on ne peut pas faire de statistiques avec celle-ci. Donc, la fonction refactoriser, à chercher en bas à gauche de la fenêtre, peut servir à changer celle ci en nom entier ou en nombre réel (à virgule).

Note perso : Trouver la carte des zones urbaines. Décaler certains symboles pour afficher ceux qui sont en dessous. Envoyer livre Qgis map design. Utiliser la fonction de légende et d’impression.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.